Le contrat, c’est la base ?

Où vous découvrirez mon questionnement contrat ou confiance

La base de quoi au juste ?

Tout au long de notre vie, nous sommes “confrontés” contrat : contrat de location pour nos vacances, contrat de vente/d’achat de notre voiture, contrats d’assurances…

En tant qu’acheteur, l’outil que je manipule le plus est bien le contrat : j’en rédige ou j’en négocie, avec l’appui des juristes ; j’en remets en question, j’en résilie, je fais en sorte qu’ils soient appliqués. J’en décortique la mécanique !

Qu’est-ce qu’un contrat ?

Du point de vue du droit, un contrat est un accord de volonté, en vue de créér une ou plusieurs obligations juridiques. Un contrat dit synnalagmatique (terme issu du grec ancien signifiant “mise en relation” ou “échange mutuel”) est une convention par laquelle les parties s’obligent réciproquement l’une envers l’autre. Il y a donc dans ce cas-là une symétrie entre les droits et obligations des parties.

Le contrat thérapeutique ou de coaching

Au contrat commercial, s’ajoute ce qu’on appelle un contrat relationnel. Le contrat relationnel est ce qui régit les liens de relations entre les personnes. Selon Ian MacNeil, c’est la dimension relationnelle qui permet le succès du contrat formel.

En thérapie et en coaching, le contrat définit la nature de la relation professionnelle et fixe l’objectif de l’intervention.

En Analyse Transactionnelle : Le contrat doit est établi à partir de l’Etat du Moi Adulte, sans quoi les changements voulus par le client lors du processus (qu’il soit thérapeutique ou de coaching) ne peuvent s’opérer : par exemple si le patient-client émet un contrat mentionnant « Je dois » ou « je devrais », il utilise son Etat du Moi Parent, renforçant probablement un des aspects dysfonctionnels de son scénario de vie (Mary et Robert Goulding « Changing lives through redecision therapy » 1979 »). Le contrat de non-changement peut également s’exprimer avec un objectif mentionnant le terme « essayer ».

Claude STEINER a décrit les différents pré-requis du contrat, en s’appuyant sur le Droit :

  • Le consentement mutuel : le client et le praticien sont d’accord sur la manière de travailler, sur le cadre temporel (durée du processus et des séances), sur le cadre financier.
  • La considération : le praticien est suffisamment rémunéré pour son temps et ses compétences ».
  • La compétence : le praticien s’assure qu’il est compétent (et s’il estime ne pas l’être pour traiter la problématique du client, il doit lui recommander un autre praticien)
  • La volonté de ne pas nuire

C’est par le biais du contrat thérapeutique/relationnel que la confiance existe dans la relation.

 

Zoom sur l’Analyse Transactionnelle

En Analyse Transactionnelle : Le contrat doit est établi à partir de l’Etat du Moi Adulte, sans quoi les changements voulus par le client lors du processus (qu’il soit thérapeutique ou de coaching) ne peuvent s’opérer : par exemple si le patient-client émet un contrat mentionnant « Je dois » ou « je devrais », il utilise son Etat du Moi Parent, renforçant probablement un des aspects dysfonctionnels de son scénario de vie (Mary et Robert Goulding « Changing lives through redecision therapy » 1979 »). Le contrat de non-changement peut également s’exprimer avec un objectif mentionnant le terme « essayer ».

Claude STEINER a décrit les différents pré-requis du contrat, en s’appuyant sur le Droit :

  • Le consentement mutuel : le client et le praticien sont d’accord sur la manière de travailler, sur le cadre temporel (durée du processus et des séances), sur le cadre financier.
  • La considération : le praticien est suffisamment rémunéré pour son temps et ses compétences ».
  • La compétence : le praticien s’assure qu’il est compétent (et s’il estime ne pas l’être pour traiter la problématique du client, il doit lui recommander un autre praticien)
  • La volonté de ne pas nuire

C’est par le biais du contrat thérapeutique/relationnel que la confiance existe dans la relation.

Le contrat relationnel dans le couple

Sans cadre, toute relation, qu’elle soit professionnelle ou personnelle, peut devenir déséquilibrée, engendrer frustrations, nourrir colère et rancoeur, sentiments d’injustice.

Stephen Karpman, psychologue et Analyste Transactionnel connu pour le modèle éponyme du Triangle Dramatique, propose 5 contrats de confiance dans une relation de couple (“5 Trust contracts for couples”), dont vous trouverez ici la traduction-résumé. Il les associe aux différents Etats du Moi pour que chacun de ses Etats soient satisfaits.

1. Contrat de non-effondrement : Le couple est d’accord pour que chacun maintienne sa structure et son exigence individuelle, sans failles (ex quitter son job et compter sur l’autre pour subvenir à ses besoins, menacer de quitter l’autre à tout bout de champ, ou décider de ne pas maintenir un bon niveau d’intégrité).

2. Contrat de protection : Le couple est d’accord pour épargner à l’autre le stress et la douleur, en anticipant les situations stressantes et en donnant support et information. Le partenaire épargne à l’autre les sources de jalousie, la colère inutile, les blessures et l’embarras de l’exposition en public.

3. Contrat d’ouverture : Le couple est d’accord pour aborder les problèmes entre eux, en en parlant le jour même. La discussion devra être sans condescendance, violence, secrets, propos évasifs, et devra suivre les3 règles de l’ouverture : aborder le sujet, en parler et clôturer.

4. Contrat de plaisir : Le couple est d’accord pour faire plaisir à l’autre, et de s’amuser ensemble.

5. Contrat de souplesse : Le couple est d’accord pour lâcher prise sur le “je veux à tout prix avoir raison”.

La proposition de Stephen Karpman est intéressante, car quand on entame une relation amoureuse, chaque partie du couple présuppose que tout va bien se passer, avec pour autant des “niveaux d’exigence” différents, car non discutés et débattus de manière explicite et ouverte.

Je suis persuadée que si on établissait avec notre Etat du Moi Adulte des règles au début d’une relation amoureuse, on éviterait beaucoup de non-dits, de frustrations, de mécommunication et jeux psychologiques.

Le contrat dans ce cas-là porte bien en cela sa fonction de règle du jeu sain.

Le contrat ou la confiance ?

Dans son article “5 trust contracts for couples”, Stephen Karpman associe dans le titre le mot “trust” (confiance) et le mot “contrat”.

Or, si le contrat est un cadre, on peut dire qu’il est contraire et s’oppose à la notion de confiance : alors que le contrat instaure une relation symétrique entre les parties, la confiance est une relation par définition assymétrique, puisque la confiance est “un état psychologique se caractérisant par l’intention d’accepter la vulnérabilité sur la base de croyances optimistes sur les intentions ou le comportement d’autrui”.

Je crois que nous avons intégré très fort le mot confiance dans sa part extrême qui serait la “confiance aveugle”, en considérant que la confiance ne doit être qu’une conséquence d’un certain nombre d’actes positifs à notre égard.

J’ai entendu très souvent des collègues sortir cette citation “La confiance n’exclut pas le contrôle”. Or le contrôle justement détruit la confiance, en ce qu’il met à mal l’autonomie et l’Etat du Moi Adulte de l’individu. Quand on sait que c’est Lénine qui a déclamé cette fameuse phrase “La confiance n’exclut pas le contrôle”, on comprend vite que le contrôle détruit la confiance et instaure la peur, le rôle du contrôle étant la soumission.

Pendant très longtemps, j’ai considéré que le contrat était le socle des relations, et que la confiance n’était qu’une conséquence.

Et si nous mettions la confiance avant le contrat, que se passerait-il ?

Le contrat et la confiance sont-ils vraiment sur le même plan ? Pour moi ils sont complémentaires. 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

twitter  facebook

Changer le regard que nous portons sur les choses

Notre cerveau est bien fait. Cet exercice permet...

Histoire de (mé)communication 2

Se retrouver prise à partie Aujourd’hui,...

Plaisir, Dignité et Sens

Bonjour, Une amie m'a transmis cette pépite :...

Vivre avec la dépression – série d’autoportraits

Voici un  article présentant un des travaux...

Burn-out : 4 façons de se protéger

Un article sur Psychologies.com  nous propose 4...

Summer time, avancer pendant l’été…

Une autre lumière,  la chaleur qui revient,  un...

Une expérience pour enlever les étiquettes

L'impression qu'on a des autres se fait dans les...

Changer, c’est bien.. Oui mais

Changer pour changer n'a aucun intérêt. Il faut...

Qu’est-ce que le coaching ?

Qu'est-ce que le coaching pour moi ? : Un autre...

Share:

Nathalie MORAND

Coach, thérapeute et formatrice, j'accompagne mes clients vers une meilleure compréhension d'eux-mêmes, de leurs besoins et de leurs supers pouvoirs !Coach, formatrice et thérapeute, je partage avec vous dans ce blog mes réflexions, des outils, des lectures...
Le voile des illusions

Le voile des illusions

Notre carte du monde nous sécurise Nous sommes tous concernés par cette mécanique, elle permet de nous construire avec une vision du monde et elle est nécessaire à notre survie.D'où la difficulté parfois de lever le voile des illusions. (version moins édulcorée de...

lire plus
Histoire de (mé)communication 2

Histoire de (mé)communication 2

Se retrouver prise à partie Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une histoire personnelle, fraîche dans ma mémoire puisque cette histoire m'est arrivée ce matin. Je me suis retrouvée embourbée dans un conflit, virtuel certes, mais pourtant bien un conflit ou plutôt...

lire plus
Histoire de (mé)communication

Histoire de (mé)communication

L'équipe Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une histoire illustrant ce que peut entrainer une mauvaise communication. Cette histoire parle d’une équipe, vous verrez qu’elle peut s’appliquer également dans la vie quotidienne. J’ai accompagné en 2015 une équipe qui...

lire plus

0 commentaires