Histoire de (mé)communication 2

Se retrouver prise à partie

Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une histoire personnelle, fraîche dans ma mémoire puisque cette histoire m’est arrivée ce matin.

Je me suis retrouvée embourbée dans un conflit, virtuel certes, mais pourtant bien un conflit ou plutôt une incompréhension…

C’est parti, préparez-vous.

Je flânais donc 

Je flânais donc ce matin sur un réseau social, quand un de mes contacts a publié les nouvelles directives préfectorales fraîchement tombées, concernant le COVID. Il était mentionné que le taux d’incidence était de 202 pour 100 000. 

Je fais alors part de mon interrogation sur l’ampleur des mesures en place, alors que le taux est de 0,2% (c’est pas moi qui le dit, ce sont les mathématiques).

Ma phrase ne mentionnait rien de plus que ça : 0,2% 

Et là, tout d’un coup, en l’espace de 30 minutes, mon commentaire anodin a pris des proportions énormes, tout ça dans la tête d’un seul et même individu, individu que je connais pas et que ne me connaît pas.

Les termes ont fusés : “inconsciente, je ne vous souhaite pas d’être la 203e personne pour voir les personnes en réanimation” ; “vous ne vous rendez pas compte” ; “nombriliste”, “inhumaine”…. ont assaisonnés ces propos, basés sur RIEN, puisque non seulement il ne me connait pas, il ne connait pas mon comportement….

J’ai eu beau lui expliquer : que j’avais le droit de m’étonner de la quantité massive de mesures qui étaient prises alors que lorsque le taux était beaucoup plus élevé trop peu avait été fait, que oui j’avais cotoyé des médecins et du personnel soignant et que je connaissais leurs souffrances…. Rien n’y fit, j’étais la méchante, l’inconsciente….

 

Ma stratégie était-elle la bonne ?

Absolument pas !!! J’aurais dû comprendre plus vite que cette personne n’avait aucuns arguments, et que dans la mesure où j’exprimais un fait : “202 pour 100 000 font 0,2%” et que pour plus que ça on n’avait pas mis autant de mesures en place, je n’avais ni à me justifier, ni à continuer à échanger avec lui. Je ne peux pas parler de débat ici. Je me suis retrouvée dans un ping-pong, où ce que je mettais comme commentaire me revenait façon smash dans le ventre. Facile, des suppositions sur ma façon de penser, d’être et d’agir. Ouille, je dois admettre que ça a fait mal, en tout cas sur le coup : surtout le fait que j’étais dans l’incompréhension de ce qui se passait.

Ce que j’aurais pu faire

Couper court quand j’ai compris que ce temps allait être stérile, et les transactions (telles qu’en Analyse Transactionnelle) allait être croisées. Ceci est arrivé très vite, quand la personne a argué que j’étais contre la vaccination, alors que je n’avais à AUCUN moment fait mention de mon avis sur le vaccin, ni même mentionné le mot vaccin.

Ce que j’ai fait

Comprenant le manège et le jeu psychologique qui était mis en place, j’ai décidé de ne pas me transformer en Persécuteur (un des rôles du triangle de Karpmann),  et de ne pas m’installer dans le rôle de la Victime.

Comment j’en suis sortie ?  Déjà en n’allant jamais dans des arguments pouvant être pris pour des attaques, ensuite en remerciant. Oui, je suis restée polie malgré les attaques et j’ai remercié mon interlocuteur.

Je me suis également gardée de faire des suppositions, d’avoir une parole impeccable et de ne pas le prendre personnellement (en ayant en tête les 4 accords toltèques), de ne parler que de mes ressentis, en application de la CNV (pas de place au chacal). Enfin, j’ai écouté, écouté la peur et la colère qui peuvent se cacher derrière ce genre d’attaques. Je ne ressens pas cette peur et je ne me sens pas en colère.

Enfin, je remercie cette personne qui me fait prendre conscience que j’active parfois trop tard certains outils que j’ai tant de plaisir à pratiquer et à partager avec les personnes que je forme à la gestion des conflits.

Et merci à cette personne qui me permet de transformer par le biais de cet article un moment pas glop en quelque chose qui je l’espère sera plus constructif !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

twitter  facebook

Trop d’information, trop d’activités

Vous ne savez plus où donner de la tête, vous ne...

Savez-vous ne rien faire ?

Cette question a été posée par l'excellente...

Le contrat, c’est la base ?

Où vous découvrirez mon questionnement contrat...

Diagnostic: réunionite aiguë

  Qui n'est pas au moins une fois sorti de...

Une entreprise libérée, c’est quoi ?

Est-ce juste un concept ? NON C'est une réalité...

Changer, c’est bien.. Oui mais

Changer pour changer n'a aucun intérêt. Il faut...

La pleine conscience, votre cerveau à muscler.

Notre cerveau est un muscle. Pas au sens...

Etre un coach Mindful… ?

Je ne me considère pas, ni ne m'affiche, comme...

Dis, c’est quoi un multipotentiel ?

Un multipotentiel, c'est une personne qui a...

Share:

Nathalie MORAND

Coach, thérapeute et formatrice, j'accompagne mes clients vers un meilleur compréhension d'eux-même, de leurs besoins et de leurs supers pouvoirs !Coach, formatrice et thérapeute, je partage avec vous dans ce blog mes réflexions, des outils, des lectures...
Histoire de (mé)communication

Histoire de (mé)communication

L'équipe Aujourd’hui, j’aimerais vous parler d’une histoire illustrant ce que peut entrainer une mauvaise communication. Cette histoire parle d’une équipe, vous verrez qu’elle peut s’appliquer également dans la vie quotidienne. J’ai accompagné en 2015 une équipe qui...

lire plus
Quelques mots

Quelques mots

rien ne sera jamais comme avant ?Il y a quelques jours Un ami a partagé un texte sur Facebook, un texte qui m'a beaucoup fait réfléchir sur un avant ... et un après ... Je vous partage le texte en question, ainsi que ce qu'il m'a inspiré. "Rien ne sera jamais plus...

lire plus

0 commentaires